Recherche de caution dans l’industrie du cannabis du Michigan


Les gouvernements des États s’inquiètent pour les entreprises de cannabis.

Vont-ils suivre la réglementation ?

Respectent-ils les lois de l’État – et sinon, comment l’État peut-il récupérer les pertes résultant des frais ou des amendes causées par les défaillances de l’entreprise ?

C’est là qu’interviennent les cautions.

La plupart des États exigent que les sociétés de cannabis détiennent un cautionnement pour garantir leur licence d’exploitation.

Il agit comme un contrat entre trois parties : le Entreprise propriétaire, le fournisseur d’obligations et l’État.

Qu’est-ce qu’un cautionnement ?

Un contrat de cautionnement est une garantie financière que l’entreprise respectera la réglementation.

Si l’entreprise commet une erreur qui coûte de l’argent à l’État, l’État peut faire une réclamation auprès du fournisseur d’obligations.

Une fois l’argent payé, le propriétaire de l’entreprise doit rembourser le fournisseur d’obligations.

Tout cela semble simple, sauf qu’il s’agit de cannabis – où rien n’est aussi facile qu’il y paraît.

Le cannabis est illégal au niveau fédéral.

Ainsi, malgré l’exigence de l’État de porter une caution, la plupart des services financiers ne travaillent pas avec les opérateurs de cannabis par crainte de sanctions fédérales.

Trouver un transporteur Le président et souscripteur en chef de Surety One, Constantin Poindexter, explique : « Il y a eu suffisamment de controverses entourant le cannabis légal pour que l’offre de véhicules d’assurance soit sévèrement limitée. L’une des premières sociétés de cautionnement à entrer dans l’espace a fait l’objet d’un procès alléguant, entre autres, que la caution a conspiré avec d’autres parties pour violer une loi fédérale. »

Ce procès a créé un précédent négatif pour le reste de la industrie.

« L’une des plus grandes installations de réassurance au monde a immédiatement annoncé son retrait complet de tout cannabis, ce qui a pratiquement empêché la croissance rapide des programmes d’assurance », a noté Poindexter.

S’élever au-dessus des risques

Malgré ces premiers obstacles, certains opérateurs sont capables de voir le cannabis pour l’opportunité qu’il représente.

Caution un fait partie d’une poignée d’entreprises qui ont trouvé un moyen de travailler avec ces transporteurs tournés vers l’avenir pour fournir des obligations à l’industrie.

Mais, même si une caution est disposée à travailler avec des sociétés de cannabis, elle n’est souvent pas disposée à travailler avec des clients « à risque ».

« Les start-up sans historique d’exploitation, les parties avec un crédit endommagé et d’autres défis peuvent recevoir un examen équitable des souscripteurs de Surety One, Inc., où ils sont simplement refusés par d’autres. »

Il pense que pour réussir dans le domaine de l’assurance, il faut aller là où il y a des risques.

« N’importe qui peut [underwrite] tous les trucs faciles et à faible risque, mais cela n’aide pas le petit gars qui peut ne pas s’intégrer parfaitement dans la boîte de souscription standard d’un transporteur.

Demandez aux experts

Dans l’état de Michigan, certaines municipalités ont institué des obligations de cautionnement qui sont coûteuses ou lourdes dans la mesure où peu de sociétés de cautionnement travailleront avec elles.

Dans ces cas, la société de cannabis peut choisir d’offrir une garantie comme incitation supplémentaire aux fournisseurs d’obligations.

Naviguer dans les règles et réglementations des industries du chanvre et du cannabis n’est pas facile.

Travailler avec des professionnels certifiés est souvent le meilleur recours.

Comme l’a noté Poindexter, « Mon équipe prend tout le temps nécessaire pour aider les clients à comprendre ce dont ils ont besoin, comment en faire la demande et assurer la livraison du cautionnement approprié. Nous ne tournons le dos à personne.

Leave A Comment